Accédez à l'intranet
Connect with Google Connexion
Ou

Si vous n'avez pas de compte Mail LuxDev




J'ai oublié mon mot de passe

Aide

BKF/019
Programme d’appui au secteur forestier du Burkina Faso

Information

Bureau pays de LuxDev
Bureau Burkina Faso

Secteur
Gestion des Ressources naturelles
Agence d'exécution partenaire
Ministère de l’Environnement et du Cadre de Vie
PIC 2
2008 - 2015

Période d'exécution
Juillet 2012 - Juin 2018
Durée totale
71 mois

Budget total
22 000 000 EUR
Répartition des contributions
  • Gouvernement luxembourgeois
    11 000 000 EUR
  • Suède
    11 000 000 EUR

Videos

  • Interview Yann Nachtman

    Ces dernières années, la Coopération luxembourgeoise a résolument changé sa façon de travailler au Burkina Faso. En évoluant vers l’approche sectorielle, le rôle de LuxDev s’est également transformé de façon significative.

    Entretien avec Yann Nachtman

  • 20 ans de Coopération luxembourgeoise au Burkina Faso

    20ans de Coopération Luxembourgeoise au Burkina Faso

  • 20 ans de Coopération luxembourgeoise au Burkina Faso - Environnement

    20 ans de Coopération luxembourgeoise au Burkina Faso - Environnement

  • 20 ans de Coopération luxembourgeoise au Burkina Faso - Formation

    20 ans de Coopération luxembourgeoise au Burkina Faso - Formation

  • 20 ans de Coopération luxembourgeoise au Burkina Faso - Technologie

    20 ans de Coopération luxembourgeoise au Burkina Faso - Technologie

Évaluation intermédiaire

Évaluation finale

Le Programme d’appui au secteur forestier (PASF) souligne l'intérêt porté par la Coopération luxembourgeoise au secteur de la gestion durable des ressources naturelles au Burkina Faso. Innovateur, il s'insère dans une nouvelle approche qui consiste à soutenir la politique nationale du pays. Ainsi, mis en œuvre en exécution nationale par les services du ministère de l’Environnement, de l’Économie verte et du Changement climatique (MEEVCC), il s’inscrit parfaitement dans la politique nationale du pays et se base sur le plan de travail de ce ministère. Il s’appuie sur les procédures nationales et structures existantes pour sa mise en œuvre.

Soutenu conjointement avec la Coopération suédoise, le PASF vise tout au long de son exécution à renforcer les capacités des institutions nationales à travers une assistance technique long terme, ainsi que des missions d’expertise perlée. Ces appuis portent essentiellement sur les domaines de la gestion des ressources forestières et des ressources humaines, ainsi que de la mise en œuvre des politiques et stratégies nationales. Au-delà des nombreux appuis en matière de renforcement des capacités, le PASF met également à disposition des services techniques du MEEVCC les moyens nécessaires pour exécuter la politique sectorielle et notamment des actions contribuant aux objectifs spécifiques suivants :

  • contribuer à la gestion durable et participative des productions forestières ;
  • accroître la contribution du secteur forestier à l’économie nationale et au bien-être des populations ;
  • contribuer à la gouvernance environnementale et à la promotion du développement durable en renforçant les capacités d’adaptation aux changements climatiques en lien avec la gestion des ressources forestières ;
  • appuyer le MEEVCC en vue d’assurer l’efficacité et l’efficience de l’intervention publique dans le secteur forestier.

En plus de l’appui institutionnel au MEEVCC et un appui direct à ce ministère dans la mise en œuvre de ses actions en faveur de la gestion des ressources forestières, le PASF appuie également la mise en place et la montée en puissance du Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE). Ce Fonds est un nouvel outil financier qui permet de canaliser les financements environnementaux nationaux et internationaux au profit de la mise en œuvre de la politique environnementale du Burkina Faso. Le PASF a ainsi permis de financer à ce jour 173 microprojets à caractère environnemental et forestier portés par de multiples promoteurs (services techniques, collectivités, associations, particuliers). Un 3e appel à projets lancé par le FIE en 2017 permettra de soutenir 197 nouveaux micro-projets en 2018.

Au-delà des subventions à des microprojets, le FIE se verra aussi confier la gestion des fonds relatifs à la réhabilitation des sites miniers et a pour vocation de devenir l’instrument incontournable pour le fonds vert climat au Burkina Faso.

Prévu pour être clôturé dans le courant de 2018, le soutien luxembourgeois au secteur se poursuivra dans le cadre d’un nouvel appui du 3e Programme indicatif de coopération.